Deux nouvelles ceintures noires 5e dan en Poitou Charentes

Juin 17, 2013 39 Commentaires par

Sous l’impulsion de Maître Baptista, le Sojjok Kwan vient de donner deux nouvelles ceintures 5 e dan au Niortais, creuset de la réussite du taekwondo.

L’un est cadre à la MAIF dans le secteur informatique. L’autre est maçon de formation, passé désormais professionnel dans l’apprentissage de sa discipline. Benoît Louis, 44 ans, et Fawzi Anwar, 33 ans, ce Kurde d’origine sauvé de la guerre par l’aile protectrice de Danièle Mitterrand, viennent chacun d’obtenir il y a quelques jours un remarquable « passeport » sous forme d’une ceinture noire 5e dan. Si on y ajoute le 6ede Maître Manuel Baptista (obtenu lui en juillet 2011), voila qui met toute la lumière sur la qualité de la formation niortaise, et notamment celle du Sojjok Kwan (*).

 

Insuffler des valeurs, véhiculer une dynamique

Car pour donner un chiffre explicite, 120 taekwondistes seulement sur 53.000 licenciés actuels d’une Fédération indépendante depuis 1994 portent cette distinction de haut niveau dont Patrick Billy (ex-TC Niortais) fut une sorte de précurseur en Poitou-Charentes. Une région forte de quelque 26 clubs pour 2.000 licenciés, alors que le Niortais compte 6 associations et 600 pratiquants.
« On a formé quelque 180 à 200 ceintures noires en vingt ans, on en a encore une trentaine en exercice explique Manu Baptista, qui dirige l’instruction au Sojjok, club qui a la particularité de posséder maintenant ses propres locaux et d’avoir » sorti une vice-championne olympique, Myriam Baverel. On a eu à peu près mille élèves, et surtout, on a insufflé des valeurs, on a véhiculé une dynamique ».
« On a certes des résultats personnels ici et là, et l’on acquiert à terme un grand épanouissement personnel rappelle Benoît Louis, mais l’essentiel est de faire passer un état d’esprit. » Alors, le créateur du Sojjok avec Baptista, outre professer au sein de son entreprise, est devenu membre de l’équipe technique régionale, participe aux passages de grades et à l’organisation de stages.
Médaillé régulier aux championnats de France, Fawzi Anwar essaime lui aussi : « J’ai ouvert un autre club sur Niort, le Shijak, et les Cat’s sur Angoulême. »
A l’image d’un arbre bien planté (le logo du club) qui s’épanouit, « le Sojjokk Kwan a généré beaucoup d’énergie, remarque Manu Baptista. C’est dans la culture du club que de bien travailler sur la formation et de mutualiser avec des points d’ancrage comme on a pu avoir à La Rochelle, Vouillé, Rochefort, Angoulême ou Magné. Cela finit par former une grande famille, et chacun en récolte les fruits, ce qui est positif car il y a de la place pour tout le monde… »

(*) 40, Rue de Nambot à Niort. Renseignements au 06.12.59.03.01.

Publié sur le site TKDFZ avec l’autorisation de
Monsieur Christian Bonnin, journaliste à la Nouvelle République
Rédaction sportive 79
sports.niort@nrco.fr

logo NR

 

 

 

 

Articles de Presse, Niort

Au sujet de l"auteur

Administrateur du site tkdfz.fr et de la sa page Facebook
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :